mercredi 12 novembre 2014

La modernodosité fait rage au Plessis-Hébert

Par un prospectus atterri dans ma boîte aux lettres, on m'invite à la “soirée jeux de société modernes”, et l'on me promet que j'y découvrirai tout un univers de nouveaux jeux. C'est alors qu'intervient la précision alléchante :

Encadrée par un ludothécaire confirmé.

Je sens que ce ludo-là va me faire la journée.

2 commentaires:

  1. Qui est souvent un ludo-précaire. Encore un damné de la terre, il faut vraiment se mobiliser pour interdire les licenciements et imposer le contrat à durée éternelle. Embauché un jour, embauché toujours !

    RépondreSupprimer
  2. "Mondernodosité" ? C'est un peu trop rude d'annoncer ça au malade. Un peu le genre de maladie fatale suggérant d'horribles excroissances atrocement douloureuses en phase terminale !
    Dites plutôt "modernitude", c'est positif et l'agonie est plus sereine.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.