samedi 29 août 2015

Cambadélis, ce naufrageur


Au milieu de ces deux courants, près du vieux port des Charentes, Jean-Christophe  Cambadélis rame comme un beau diable pour éviter que sa galère ne chavire pas.

(Source.)

9 commentaires:

  1. Une négation de trop. Il faudrait ôter le pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher, c'est précisément pourquoi la phrase a les honneurs de ce blog !

      Supprimer
  2. Suave mari magno ...

    Eli

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pensais à la presse (et à ses gros titres) plutôt qu'au père Noël socialiste si c'est bien le sens de votre réponse

      Eli

      Supprimer
  3. C'est une licence poétique.

    Au mi-lieu de ces deux cou-rants (8)
    près du vieux port des Cha-ren-tes (8)
    Jean-Chris-tophe Cam-ba-dé-lis rame (8)
    Comme un beau diable pour é-vi-ter (8)
    Que sa ga-lère ne cha-vire pas (8)

    Alphonse Mike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé mais, à part le premier, vos octosyllabes sont tout pourraves : pas un qui ait ses huit syllabes !

      Supprimer
  4. Il paraît que c'est plutôt avec des beignes qu'il va tenter de mettre son petit monde au pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Charcutreries Olo2 septembre 2015 à 14:47

      Le petit beigneur ?

      Supprimer