mercredi 24 février 2016

Un hommage posthume comme on en rêverait


Eco connaissait l'oeuvre d'Audiberti et ce qui est dit de celle-ci par Guérin vaut pour celle d'Eco: l'hétérogénéité y domine et une forme de combat manichéen (et accessoirement référencé à la gnose dans l'une et l'autre oeuvre) ayant pour protagonistes ce qu'il faudrait appeler l'enquête par délire obsessionnel et association paralogique dont se vêt l'irrationnel comme atour spécieux, fictionnel, fortement littéraire et séduisant (tant dans Le Pendule de Foucault que dans le Nom de la Rose) d'une part, et d'autre part ce que certains désignent ici comme exigence de vérité, s'y noue et s'y dénoue, et toujours partiellement, en tissant la matière de l'oeuvre.

(Source.)

6 commentaires:

  1. J'en suis neuro-bioniquement hébétée !

    RépondreSupprimer
  2. Au moins quand vos extraits viennent de ma bloguerolle, j'arrive à comprendre ce que le type a voulu dire.

    RépondreSupprimer
  3. la limpidité du propos nuit à sa profondeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne serait-ce pas plutôt sa superficialité qui favoriserait sa nébulosité ?
      Droopyx

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.